Fouilles sur un site médiéval à l’Hermenault

Depuis quelques jours, une équipe d’archéologues dirigée par M. Jean Marc Large, a commencé des fouilles sur le tènement « Saint Lienne ».

En effet, l’hiver dernier, des travaux agricoles ont mis au jour 2 sarcophages dans une parcelle appartenant à M. Didier Guinaudeau. D’autres que lui ne se seraient peut être pas embarrassés de la découverte et auraient vite fait disparaître les pierres sous la terre. Cependant, comme il faut le faire normalement, M. Guinaudeau a signalé sa découverte à M. Jean Pierre Gadé, notre historien local, qui en a fait part à son tour à Mme le Maire. Avec l’accord de l’agriculteur, Mme Dormegnies a alors alerté les services archéologiques départementaux.

Après examen rapide des lieux, on décida qu’il convenait de fouiller les lieux par une équipe spécialisée. C’est cette équipe, armée de truelles et de pinceaux qui vient de s’installer pour une semaine de fouilles sur le tènement Saint Lienne, près de la ferme de M. Guinaudeau.

Pour le moment, ce ne sont pas moins de 4 sarcophages qui semblent présents. A priori, ils sont plus anciens qu’on se l’imaginait d’abord puisqu’ils seraient de l’époque mérovingienne (haut moyen-âge). Une datation plus précise sera effectuée à partir d’échantillons prélevés sur place. Les squelettes encore présents dans les sarcophages ont été déjà fouillés précédemment : les os ont été remis en place soigneusement avec respect mais, faute de connaissances suffisantes en anatomie, certains os ne se trouvaient pas à la bonne place (permutation d’un os du bras avec celui d’une jambre…).

M. Jean Marc Large fera un rapport complet fin décembre 2011 et a promis de rédiger un article sur le sujet pour mettre dans le prochain bulletin municipal. Parmi les travaux effectués par M. Large, on peut citer l’étude qu’il a réalisée sur les files de pierres érigées de l’Île d’Hoedic.

Commentaire

Fouilles sur un site médiéval à l’Hermenault — 3 commentaires

  1. Hier, mardi, le chantier archéologique du fief Saint Lienne montrait 4 sarcophages, mais aujourd’hui, un cinquième a été dégagé. Le temps risque d’être trop court pour une fouille méticuleuse complète …
    Parmi les 5 sarcophages, l’un d’eux était celui d’un enfant. La fouille montre qu’à plusieurs reprises, les pierres ont été déplacées, soit volontairement, soit involontairement avec des engins agricoles.

  2. Aujourd’hui, vendredi, la pluie est venue compliquer la tâche : il a fallu bâcher le périmètre pendant les averses …
    La semaine de fouilles touche à sa fin et, dans les quelques mètres carrés explorés, beaucoup de matériaux (ossements) ont été prélevés pour être analysés plus tard. On en sait un peu plus sur ces sépultures. L’une d’elles a pu être identifiée comme étant celle d’une femme (forme du bassin). Il fallait sans doute être assez riche ou puissant pour pouvoir être enterré dans des sarcophages de pierre. Il ne reste aucun mobilier funéraire à proximité des corps, signe que les tombes ont été pillées il y a bien longtemps.
    Les 5 sarcophages sont tous contemporains et les datations au carbone 14 devraient nous donner des indications précises.
    Si celà est possible, une seconde campagne de fouilles pourrait être programmée, un peu plus haut, sur la colline…

  3. Merci Patrice pour cette présentation richement illustrée.
    Effectivement, d’après les sources, une occupation religieuse du site pendant plusieurs siècles est certaine. Il semble que la chapelle dont il est question ait été détruite lors des troubles révolutionnaires. Cela explique qu’elle n’apparaisse plus dans les archives notamment lors de la vente de biens nationnaux.
    Quoiqu’il en soit, une seconde campagne de fouilles serait très intéressante.
    Un grand merci à Didier et Jean-Pierre d’avoir informés Mme le Maire de cette découverte. Cette étape est primordiale pour la conservation des vestiges et le maintien de la mémoire locale.
    Une page de notre histoire devrait être ainsi mieux connue.